The Rebirth of Fédération Québécoise de Quidditch | La Renaissance de la Fédération Québécoise de Quidditch

Tw4y6HbwqWOy3qJvjTYCTcvrWXSUUj9XBUucc7imigKSE5FHbYcYjrhvGR5u1apHQpiJoDIiBlxCf_2jDOLA2XLCFhqTfDF_23vL7N700neh01Un-MPuOEy1ibFdK6yyTWmtBi4j.jpg

By François Carabin
Traduction française plus bas.

After sustaining rapid growth during its first three years of existence, the Fédération Québécoise de Quidditch (FQQ) slowly faded away in 2016 when it saw most of its activities disappear. With the arrival of 2017, the Federation is looking to revive and be more effective. Emmanuelle Rheault, FQQ President, will come back in 2017 after a brief absence, with the goal of modifying the mission of the FQQ in order to help revive it.

“This year, I think the way to renew the Federation is to work through projects,” she explained. “For a year now, we have received inquiries from organizations, schools, and day camps all over Quebec who are looking for our help and expertise. So there’s definitely interest.’’

At first, the FQQ was an organization created to help quidditch teams throughout Quebec evolve, whether they are associated with CEGEPs (general and vocational colleges) or universities. It also aspired to make the sport as a whole take steps forward in the province. Rheault and other quidditch players, mainly from the Université de Montréal, helped her launch the initiative. However, Rheault is currently the only official member as president.

Fédération Québécoise de Quidditch logo | Photo Credit: Fédération Québécoise de Quidditch

Rheault does not believe she can do it all herself, though, and hopes quidditch players from all over Quebec will want to help rejuvenate the Federation as much as herself.

“Quidditch is a complex sport, but we potentially have the resources and the people to help popularize the sport,” Rheault said. “I think working through distinct projects could really help players get involved again.”

As for Quidditch Canada (QC), the organization considers the rebirth of the FQQ to be a great sign for the evolution of quidditch throughout Canada. For QC, giving a voice to provincial quidditch federations is essential to the advancement of the sport.

“Provincial federations are probably exactly what we need to help grow and expand quidditch within the country,” said Jill Staniec, QC’s Membership Director, and Ema Shiroma-Chao, QC’s Gameplay Director. “What we lack at the moment are the resources to send representatives into the field to introduce the sport to areas that do not already have teams. Being able to support and work in partnership with other provincial federations who can do what we can’t in person would be a fantastic way to establish more teams and improve the visibility and development of our sport.’’

A Difficult Year

The FQQ was originally founded by Rheault as a CEGEP-based league to allow quidditch teams in Quebec to play against one another. By participating in Forces Avenir, a program founded to reward students’ commitments to projects during their years of studying, the Federation received a 2,000 CAD grant that helped launch the league.

In 2015, Rheault officially took the necessary steps to change that league into the FQQ. What was originally a recreational league became a group fully recognized by the government as a registered provincial association. With more money and more leeway, the FQQ became even more useful to teams as well as players.

“A federation gives you access to greater subsidies from the government, which we couldn’t have hoped for by simply being a league,” Rheault said. “We also could centralize quidditch and oversee operations from smaller organizations, like the teams.’’

In 2016, however, things went south. Rheault left the Federation to pursue other opportunities, and when she named a new president to replace her, that person abandoned their responsibilities. Rheault blames herself for this.

“He probably realized it was  a lot of work,” said Rheault. “It was the fatal blow at that moment.’’

Quidditch Canada seemed to agree with her, as the link it had with the FQQ appeared to dissolve as the year advanced.

“Perhaps the group left in charge after Emmanuelle Rheault departed didn’t know what kind of work to expect, as it looks like the FQQ really failed to find its groove [in 2016], in comparison to previous seasons,” said both Staniec and Shiroma-Chao. “It takes an immense amount of dedication to coordinate this sport on any level, and sometimes, that required level of engagement can come as a surprise to people. On occasion, there just isn’t enough energy to sustain everyone, and things just quietly become part of the past.’’

Ema Shiroma-Chao holds up a card during Eastern Regionals | Photo Credit: Sara Breedon

Nonetheless, Rheault does not think the FQQ was a failure. She still believes the main concept behind the FQQ, but a change in the management of the Federation must be made.

‘’The idea of the FQQ, which was and still is to make the sport evolve in Quebec, has never been a mistake,” Rheault said. “The missteps were made in our way of managing the administrative side of the Federation.’’

Sunny Days Ahead?

As it stands, the FQQ has debts of around 1,000 CAD, according to Rheault, who admits that the Federation has “a big effort to make at the beginning [of the year] to repay this debt. [The FQQ] definitely wants to eliminate the deficit, which is definitely doable if it work[s] with compensated projects.’’

A collaboration with Quidditch Canada could also stimulate the immediate growth of the Federation. QC has worked with provincial organizations in the past and would be willing to do it again. In the long run, the FQQ could be of use to Quidditch Canada if the group is looking to solicit a bid from Montreal for the National Championship.

“I received an offer from Tourism Montreal to help organize the 2018 Nationals,” Rheault said. “However, applying for a subsidy [from] Tourism Montreal must be done by a provincial organization, so we could collaborate with Quidditch Canada in this particular project.’’

Quidditch Canada made no mention of a potential National Championship bid, but welcomed the return of the FQQ.

“We would be interested to hear what the FQQ (or other federations) has in mind, but if a project or event is geared towards promoting the growth and development of quidditch in Canada, QC would be happy to do what it can to help,” Staniec and Shiroma-Chao said. “As sport in Canada is designed to work through Provincial Sport Organizations, we would like to see similar organizational initiatives in other provinces as well.’’


The Rebirth of Fédération Québécoise de Quidditch

Par François Carabin

Traduction par François Carabin

Après avoir soutenu une croissance rapide et efficace lors de ses trois premières années d’existence, la Fédération québécoise de quidditch (FQQ) a disparu dans le néant en 2016, tout comme l’ensemble de ses activités. En 2017, la Fédération tentera de reprendre du poil de la bête. Emmanuelle Rheault reprendra ses fonctions de présidente après une brève absence, avec l’objectif principal de modifier la mission de la FQQ afin de la faire revivre.

«Cette année, je pense que la façon de relancer la Fédération, c’est d’y aller par projets», explique-t-elle. «Depuis un an, nous avons reçu plusieurs demandes d’organismes, d’écoles et de camps de jour partout au Québec, qui ont besoin de notre aide et de notre expertise. Donc, il y a vraiment un intérêt.»

Au départ, la FQQ a été fondée pour aider les clubs de quidditch québécois à grandir, qu’ils soient basés dans un cégep ou une université. Elle chapeautait aussi l’évolution du sport en tant que tel partout dans la province. Rheault et plusieurs autres joueurs de quidditch, en particulier en provenance de l’équipe de l’Université de Montréal, ont lancé l’initiative. Cependant, Rheault est actuellement l’unique membre.

Logo Fédération Québécoise de Quidditch | Crédit Photos: Fédération Québécoise de Quidditch

Elle ne croit pas pouvoir tout faire seule et espère que certains joueurs se joindront à elle pour faire renaître la Fédération.

«Le quidditch est un sport complexe, mais nous avons potentiellement les ressources nécessaires pour aider le sport à se populariser», affirme Rheault. «Je pense que travailler par projets pourrait vraiment intéresser les joueurs.»

Quant à Quidditch Canada (QC), l’organisme considère que le retour de la FQQ favorise l’évolution du sport partout au pays. Selon QC, donner une voix aux fédérations de quidditch provincial est essentiel pour l’avancement du sport.

«Les fédérations provinciales sont exactement ce dont nous avons besoin pour faire grandir le sport», expliquent Jill Staniec, directrice des abonnements à QC, et Ema Shiroma-Chao, directrice de la supervision du jeu. «Ce dont nous manquons en ce moment, ce sont les ressources pour présenter le sport dans les régions où le quidditch n’est pas établi. Supporter et travailler avec des fédérations provinciales qui peuvent faire ce que nous ne pouvons pas faire en personne est un moyen fantastique de créer plus d’équipes et d’améliorer la visibilité et le développement de notre sport.»

Une année ardue

La FQQ a d’abord été créé par Rheault en tant que ligue collégiale pour aider les équipes du Québec à s’affronter. En participant à Forces Avenir, un programme fondé pour appuyer les projets étudiants, la Fédération a reçu une bourse de 2 000$ pour lancer la ligue.

En 2015, Rheault a entrepris les démarches nécessaires pour transformer la ligue en fédération. Ce qui était d’abord une ligue récréative, est devenu un groupe reconnu par le gouvernement en tant qu’association provinciale enregistrée. Possédant plus de fonds et de liberté, la FQQ est devenu encore plus utile pour les joueurs et les clubs.

«Une fédération donne accès a plus de subventions gouvernementales, ce qu’on n’aurait pas pu obtenir avec une simple ligue», ajoute Rheault. «Nous pouvions aussi chapeauter tout organisme associé au quidditch, incluant les petites équipes.»

En 2016, cependant, les choses ont mal tourné. Rheault a quitté la Fédération pour poursuivre d’autres opportunités et a nommé un nouveau président pour la remplacer. Cette personne a plus tard abandonné ses responsabilités. Rheault pense tout de même qu’elle est principalement responsable de la tournure des évènements.

«Il a probablement réalisé que c’était plus de travail qu’il anticipait», concède Rheault. «C’était le dernier clou dans le cercueil de la Fédération à ce moment.»

Quidditch Canada semble être d’accord avec elle, alors que les liens entre QC et la Fédération ont semblé se dissoudre à mesure que l’année avançait.

«Le groupe en charge ne s’attendait peut-être pas à une telle charge de travail, parce qu’il nous semble que la FQQ n’a pas réussi à reprendre le rythme des années précédentes [en 2016]», disent Staniec et Shiroma-Chao. «Ça prend un dévouement important pour coordonner une association sportive à tous les niveaux, et, des fois, ce niveau d’engagement peut être suprenant pour certains. À l’occasion, il n’y a pas assez d’énergie pour soutenir tout le monde, et les choses sont laissées de côté.»

Ema Shiroma-Chao à Championnat Est | Crédit Photos: Sara Breedon

Malgré tout, Rheault ne considère pas la Fédération comme un échec. Elle croit toujours au message original de la FQQ, mais un changement dans l’administration doit être opéré.

«L’idée derrière la Fédération, qui consiste à faire avancer le sport au Québec, n’a jamais été un échec», spécifie-t-elle. «Les erreurs ont été faites dans la façon de gérer la FQQ.»

Un avenir plus positif?

Pour l’instant, la Fédération possède des dettes d’environ 1 000$, selon Rheault, qui admet que la FQQ «a un gros coup à donner au début de l’année pour payer sa dette. [La FQQ] veut revenir au déficit zéro, ce qui est définitivement possible avec des projets payés.»

Une collaboration avec Quidditch Canada pourrait également stimuler l’avancement de la Fédération. QC a travaillé avec plusieurs organisations provinciales dans le passé et serait intéressé à le faire à nouveau. À long terme, la FQQ pourrait être utile à Quidditch Canada si le groupe est intéressé à présenter le Championnat canadien à Montréal.

«J’ai reçu une offre de Tourisme Montréal pour aider à organiser les Nationaux en 2018», ajoute Rheault. «Par contre, pour appliquer pour une subvention de Tourisme Montréal, il faut être un organisme québécois, alors nous pourrions collaborer avec Quidditch Canada sur ce projet en particulier.»

Quidditch Canada n’a pas mentionné ses plans pour le Championnat national de 2018, mais apprécie le retour de la FQQ.

«Nous serions intéressés à en apprendre plus sur les plans de la FQQ (ou d’autres fédérations), mais si un projet ou un évènement est orienté vers la promotion et l’avancement du quidditch au Canada, QC est très intéressé à aider», concluent Staniec et Shiroma-Chao. «Comme le sport au Canada est conçu pour fonctionner à travers des organismes sportifs provinciaux, nous serions heureux de voir des initiatives similaires dans d’autres provinces.»